Les 10 conseils SEO à suivre à l’installation de WordPress

0
17
views

Comment améliorer son référencement avec quelques modifications de votre blog

Le référencement, le cauchemar de tous ceux qui veulent pour une raison louable ou un autre, partager plein de contenu sur le web. Beaucoup choisissent WordPress pour accueillir leurs merveilleuses productions, mais peu savent optimiser la machine pour en obtenir un jus SEO crémeux et performant à souhait. Bien que tout n’y soit pas, voici la liste de mes 10 conseils pour que WordPress ne soit pas un frein à votre référencement.

 

1 – Créez un compte Google Webmaster Tools et Analytics

Si votre but est de performer sur les moteurs de recherche, il va falloir vous équiper des outils indispensables au suivi de la progression de votre blog. Google Analytics vous permettra de suivre l’audience de votre site, et l’analyse des pages d’entrée et de sortie. Idéal pour envisager une stratégie de tunnel de conversion par exemple. Ou une analyse de call-to-action, en observant les déplacements de vos visiteurs à l’intérieur de vos pages.

De son côté, Google Webmaster Tools permettra d’étudier le référencement de votre site, les erreurs possibles, le niveau d’indexation ou les requêtes qui ont fait afficher votre site. Bref, aussi indispensable que des yeux pour le SEO de votre site.

 

2 – Vérifiez que votre thème gratuit est responsive et optimisé SEO

Au début, quand on installe WordPress, on mise presque toujours sur un thème gratuit. Et pour cause, il y en a d’innombrables et parfois d’excellentes qualités. Cependant, il faut veiller à deux ou trois choses avant d’installer le template. Tout d’abord, un peu comme une nouvelle norme imposée par une fréquentation de plus en plus élevée des terminaux mobiles, il vous faudra choisir un site « à peu près » responsive. Les thèmes payants gardant pour la plupart le monopole du top responsive. Disons qu’avec 30 % de fréquentation venant des mobiles, on a intérêt à rester présentable. Sinon, pas de problème. Installez « wp-touch » qui saura faire le minimum syndical.
Autre chose d’important, il faut que votre thème ne nuise pas au SEO. Par exemple, votre titre de site doit être en H1 et non en Title sur les pages, sans quoi Google va considérer qu’il y a un petit problème de duplicate et indexer plus faiblement vos pages. Restons logiques. Si chaque chapitre porte le même titre, vous allez trouver cela suspect…
Même chose pour les Hx, qui doivent être logiquement placés dans la structure. Aidez-vous d’un analyseur de site standard pour juger de la qualité de votre thème de ce côté.
De même, des outils d’analyse comme Firebug risquent de vite devenir vitaux pour la correction SEO éventuelle de votre template, en php ou en css…

 

3 – Installez les modules indispensables

Installer WordPress, c’est comme poser les murs, les tuyaux, le plancher et le toit d’une maison. Manque la peinture, les portes, les fenêtres et les meubles…
Installez SEO by Yoast pour les permaliens, le sitemap, les titres et métas et bien d’autres choses. Installez Related Posts pour du maillage interne automatique. Google Analytics for WordPress pour relier votre site au compte Google du même nom. Limit login Attempt pour la sécurité de votre back-office. Smush.it pour optimiser la taille de vos images, W3 total cache pour accélérer la navigation de votre site, et si vous voulez, Jetpack, qui vous offrira de nombreuses options extrêmement intéressantes.

 

4 – Modifiez vos titres et permaliens selon SEO by Yoast

On parlait du plugin SEO by Yoast. De loin, une référence dans le métier. Ici, vous allez pouvoir quelques modifications de fonctionnement de votre site qui le rendront plus facilement référencé sur les moteurs. Les titres de chaque page, article, média ou autre peuvent être réécrits automatiquement. Les permaliens seront aussi optimisés, et dans chaque article ou page, vous aurez un bloc dédié au SEO qui vous proposera de générer un second titre, d’utiliser les mots-clés et d’analyser la qualité SEO de chacun de vos textes, en vous proposant le cas échéant des corrections pertinentes. Bref, indispensable.

 

5 – Structurez votre catégorisation avec logique et sans trop de niveaux

Plus vous ajoutez d’étages à votre ramification, plus vous compliquez la vie du crawler. Prenez le strict nécessaire. Quand vous concevrez votre menu, vous pourrez mettre une forme de ramification catégorielle, mais ne compliquez pas inutilement les liens URL qui comprendront l’ensemble des catégories et sous-catégories avant d’arriver au titre de la page. Cependant, gardez en tête que les liens entre les pages seront toujours un plus qui faciliteront la vie aux crawlers et lui permettront de mieux déterminer les pages les plus pertinentes de votre site, qui finiront très bien placés dans ses résultats.

 

6 – Créez une page « contact » et ajoutez un formulaire de contact

Ça paraît bête, mais cette page contact est la préhistoire du call-to-action. Elle est gravée dans notre esprit commun. Ce mec m’intéresse, je vais sur sa page contact. Hors, la plupart des nouveaux WordPress l’oublient ! Allez, créez une page et collez-la dans un endroit logique de votre thème et de votre menu. Et mettez un formulaire de contact comme « contact form 7(http://wordpress.org/plugins/contact-form-7/) » qui fait un bon job facilement.

 

7 – Reliez votre compte Google+ à votre blog

Il paraît, selon Matt Cuts, que publier sur les réseaux sociaux ne change rien au référencement. Bon, il n’a pas parlé de Google+, donc on peut se méfier et lorgner du côté de l’héritier au trône de fer. En plus, ça rajoute une très jolie photo aux résultats Google. Et c’est toujours bon de linker sur un réseau Bref, toute la méthode ici.

 

8 – Ajoutez les boutons de sharing

L’indispensable panoplie au pied de chaque article qui permet, en un simple clic, de partager vos fantastiques papiers sur les réseaux sociaux. Vous en trouverez une excellente version dans la panoplie Jetpack que vous avez sans doute installé selon mes conseils plus haut. En plus, celui-ci indique le nombre de partages enregistrés, alors ça vous donne à vous aussi une indication de la popularité de vos écrits.

9 – Activez les commentaires ET askimet (et un captcha si vous insistez)

Un commentaire, c’est bien. Un qui ne soit pas un spam, c’est mieux, et aucun commentaire, c’est nul. Pour ne pas avoir peur d’activer vos commentaires, installez Askimet et entrez-y le code issu de leur site après votre inscription (qui peut être gratuite, mettez le curseur à zéro !). Ajoutez à cela la validation des commentaires en Back-office, voire un captcha de qualité si vous y tenez. N’oubliez pas d’inviter vos lecteurs à interagir. Et méfiez-vous des netlinkers, qui vous mettent un commentaire bateau pour placer un lien chez vous. On est vite envahis…

 

10 – Optimisez le .htaccess et le robots.txt

Enfin, un poil de technique. Renseignez-vous sur les pouvoirs mystiques de ces deux fichiers. Robots.txt va aider les bots crawlers à référencer correctement votre site en leur montrant le bon chemin et ce qu’ils n’ont pas à référencer. Et .htaccess saura éviter beaucoup de soucis en s’occupant des redirections d’URL ou en bannissant des IP particulières. Mais pour ces deux fichiers, c’est du « sur-mesure », alors je n’ai pas de conseils à vous donner, si ce n’est de ne pas oublier de vous y intéresser.

Influez sur la note actuelle
[Total: 0 Moyenne: 0]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here