Bureau business
Rédacteur Web

Freelance, un métier d’avenir ou un statut précaire ?

 

Travaillez comme indépendant et devenez le modèle de demain

Depuis quelques années, les nouvelles générations (les Millennials notamment) ont osé insuffler une nouvelle vision du travail : libre et autonome. C’est pourquoi le statut de freelance séduit de plus en plus d’actifs, qui abandonnent sans regret le monde du salariat pour se tourner vers un métier d’avenir qui leur apporte indépendance et liberté. Les entreprises trouvent également leur compte dans cette flexibilité, en piochant ponctuellement dans ce vivier de talents. Bien qu’encore fragile, le statut d’indépendant est en passe de devenir le nouveau modèle à suivre. Serons nous tous freelance demain ?

Qui sont les nouveaux freelances ?

Selon une étude de l’observatoire Alptis de la protection sociale, le nombre de travailleurs indépendants en France a augmenté de 25 % depuis 2003, soit 10 fois plus que celui des salariés. En 2017, les indépendants représentaient 11,5 % des actifs et cette tendance à la hausse semble se confirmer.

Mais au juste, qu’est-ce qu’un freelance ? Un indépendant ?
En France, nous qualifions de « freelances » les « non-salariés », c’est-à-dire ceux qui se mettent à leur compte, sans employer d’autres personnes, mais sans avoir nécessairement un fonds de commerce, un agrément ou une licence pour exercer une profession réglementée, comme les médecins, les avocats, les architectes… Les travailleurs indépendants se distinguent des salariés par l’absence de contrat de travail et de lien de subordination juridique avec une hiérarchie.

Devenez freelance et collaborez avec les grandes entreprises

Les freelances bousculent le schéma entrepreneurial et obligent les entreprises à repenser leur organisation, leur management et leurs modes de collaboration. Pour les grands groupes, faire appel à des indépendants, ces « électrons libres », c’est pouvoir sélectionner les meilleurs talents, des spécialistes dans leur domaine (notamment dans les métiers du digital), qui viennent compléter une équipe de salariés existante ou apporter leur expertise dans une mission solo. Externaliser certains postes de travail est également stratégique d’un point de vue financier : il devient moins coûteux de collaborer avec des freelances que de chercher à recruter en interne.

Poignée de main business

Savourez les avantages du statut de freelance

Terminé le supérieur hiérarchique tyrannique et les horaires imposés, le patron c’est vous ! En étant freelance, vous êtes libre ! Libre de choisir vos clients, vos missions, votre lieu de travail, votre emploi du temps…C’est vous qui construisez votre business, qui créez vos propres opportunités, en fonction de vos capacités bien sûr, mais aussi de vos envies, de votre vie de famille.

C’est ce désir d’indépendance et d’autonomie qui pousse les travailleurs à se mettre à leur compte. Pour la grande majorité d’entre eux, le freelancing est un choix et non une nécessité. C’est d’ailleurs une situation professionnelle dans laquelle ils s’épanouissent grandement, et qui leur procure une satisfaction personnelle : « Oui je gagne ma vie tout seul et j’en suis fier ! »

Ordinateur post-it

Soyez conscient des inconvénients d’un statut exigeant

La vie de freelance peut paraître idyllique et en faire rêver plus d’un, mais elle impose une certaine discipline. Le travailleur indépendant ne compte souvent pas ses heures pour arriver à boucler toutes les tâches que son statut lui impose : la comptabilité, le marketing, la prospection, les démarches administratives… Bien plus qu’indépendant, le freelance se doit d’être « multifonctions » : un véritable caméléon des Temps Modernes.

Le travailleur indépendant est seul, ce qui fait sa force, mais aussi sa faiblesse : sa réussite ne tient qu’à lui. Il doit donc se faire une réputation, trouver des clients, les fidéliser…Certains mois sont plus prolifiques que d’autres en termes de rentrées d’argent et ces revenus fluctuants peuvent fragiliser sa situation. Il lui faut en plus anticiper ses périodes de congés où il ne travaillera pas, et par conséquent ne gagnera pas d’argent non plus.

Même si les mentalités évoluent, les freelances se plaignent souvent de la vision de leur entourage sur leur statut. En effet, nombreux sont ceux qui associent les indépendants à la précarité, à une situation transitoire « en attendant mieux ».

Un statut précaire promis à un bel avenir ?

L’une des premières préoccupations du freelance est le choix de son statut juridique. Quel statut privilégier ? Comment bénéficier de la meilleure protection sociale ? Plusieurs choix s’offrent à lui, en fonction de son chiffre d’affaires, qui lui imposeront des cotisations faibles ou plus élevées et lui assureront plus ou moins les mêmes avantages que les salariés :

  • L’autoentreprise (appelée aussi microentreprise, le régime le plus choisi pour se lancer)
  • L’entreprise individuelle (EI), l’entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL) ou l’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL)
  • La Société par Actions Simplifiée (SAS) ou la Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU)
  • Le portage salarial et les coopératives d’activité et d’emploi (CAE)

En matière de protection sociale, les indépendants sont loin de bénéficier de la sécurité des salariés : indemnités journalières en cas de maladie, allocation chômage en cas de perte d’emploi…
Ils ont également un manque d’accès au logement, car ils sont souvent mal considérés par les établissements de crédit et les banques. Il n’y a pas de « syndicat des indépendants » pour défendre leurs intérêts auprès du gouvernement.

Être son propre patron : le rêve de chacun et la référence de demain ?

Heureusement, les mentalités changent. Preuve en est, le statut des indépendants est rentré dans le débat des dernières présidentielles. Le gouvernement en place a depuis pris des mesures pour faire évoluer la situation des freelances : la suppression du RSI, la Sécurité sociale des indépendants, et leur rattachement au régime général ; la réforme de l’assurance chômage qui prévoit d’être étendue aux travailleurs indépendants en liquidation…

Les freelances semblent être promis à un bel avenir. D’autant plus que les stratégies d’entreprise évoluent et que les grands groupes vont de plus en plus s’arracher les talents et experts de demain. Pour ceux qui en ressentent l’envie, c’est le moment de prendre le train en marche et de se lancer en tant qu’indépendant. Chacun peut faire le choix de la liberté. Avec une bonne dose d’exigence, pas mal de motivation, et une pointe de réussite, devenir son propre patron est à la portée de tous. Vous avez une bonne plume ? Pourquoi ne pas envisager le métier de rédacteur web freelance ?

Amandine Jay

Amandine Jay

Conceptrice-rédactrice freelance chez SEOmantique
Amandine Jay

Les derniers articles par Amandine Jay (tout voir)

Influez sur la note actuelle
[Total: 2 Moyenne: 5]
Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Découvrez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × 4 =