Peur freelance couchée sur route
Rédacteur Web

Pourquoi la peur que ressent le ou la freelance est normale ?

Rédactrice et rédacteur web, utilisez vos angoisses pour avancer !

Toute personne à son compte se trouve livrée à elle-même, et ce face-à-face réveille souvent (ou crée) de vieilles angoisses. Mais rassurez-vous : tout est normal. La peur accompagne toujours la prise de risque. C’est une fonction saine du cerveau qui détecte un danger potentiel. Alors, freelance, entrepreneur et entrepreneuse, rédactrice et rédacteur web, si vous êtes paralysés par la peur, voici quelques pistes pour la comprendre et apprendre à l’utiliser.

anxiété

La peur est provoquée par le reconditionnement

La prise de risque la plus importante est de quitter le confort relatif du salariat. En se mettant à son compte, il n’y a plus de filet de sécurité : si on échoue, c’est de notre faute. Il n’y a plus de collègues sur qui rejeter la responsabilité, il n’y a plus le coussin du salaire fixe qui tombe à la fin du mois. En vous mettant à votre compte, vous avez déjà fait le plus gros pas. Vous pouvez vous féliciter.

Mais maintenant, tous les repères qu’on vous a inculqués depuis votre plus jeune âge sont passés cul par-dessus tête : avec 88,2 % de la population active salariée, la société est tournée plutôt vers des réflexes salariés qu’entrepreneurs. Il faut donc désapprendre puis réapprendre, souvent par vous-même, à gérer les nouvelles responsabilités qui accompagnent votre statut. C’est nouveau, ça fait peur. C’est normal. Soyez bienveillant envers vous-même : vous ferez des erreurs, mais vous aurez aussi des victoires.

Peur en foret, monstre

Sans peur, aucun courage

Se lancer, démarcher, facturer, faire un devis, parler à un client, échouer… Les peurs sont multiples, parfois très personnelles et parfois même paradoxales par rapport au métier effectué. Pourtant, ça ne veut pas dire qu’on n’est pas fait pour ça.

La peur sert à alerter sur des limites bientôt franchies, sur des dangers imaginaires ou réels. Elle est très utile ! Le courage, lui, sert à regarder la peur en face, à mesurer le danger et à lui apporter des réponses pour limiter les risques. Le courage n’est pas inné, c’est une vertu qui se cultive, qui s’apprend.

À ce titre, la méditation est un puissant allié reconnu par les neurosciences, pour affronter ses peurs. Une fois l’esprit et le corps apaisés, il est plus facile d’apporter des solutions aux problèmes. Alors, pour avancer, lancez-vous dans la méditation plutôt que des anxiolytiques ! Faites-vous confiance et soyez courageux. Surtout, vivez votre expérience à fond, quoi qu’il arrive. Un échec professionnel n’est jamais plus qu’une leçon de vie.

Le temps efface les angoisses

Plus vous ferez, plus les angoisses disparaîtront d’elles-mêmes. Ce n’est pas de la magie, cela vient simplement du fait que la répétition des actions vous plonge dans une routine que votre cerveau reptilien n’assimile plus à un danger. Alors inspirez, expirez, et foncez ! Vous serez bientôt débarrassé de vos angoisses. Peut-être que d’autres viendront, mais au moins, vous aurez avancé.

Influez sur la note actuelle
[Total: 6 Moyenne: 4.8]
Partager
  • 15
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    15
    Partages

Découvrez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × un =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.